Notre Expérience - Témoignages NDE/EMI et ECM

Forum de Partage et d'Entraide pour les personnes ayant vécu des expériences de mort imminente (NDE/EMI) ou d'autres expériences de conscience modifiée (ECM)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Témoignage de Suzanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Martine
Admin


Nombre de messages : 5271
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Témoignage de Suzanne   Jeu 6 Fév - 20:28

Témoignage de Suzanne

Mon expérience est très différente des NDE classiques, tout d’abord parce que je n’étais pas morte. Pas d’accident, pas de coma ni de réanimation. Il s’agit d’un Etat de Conscience Modifiée. Pourtant, à chacune de mes trois expériences, la mort est présente, elle a passé ou elle est très proche.

La première fois

La mort emporte ma mère à l’âge de 64 ans, en 1972 et je reste brisée, inconsolable, durant l’année qui suit.

Je suis sans croyance aucune depuis longtemps, sans espoir et pour moi, tout est absurde.

Ce 15 août 1973, jour de la fête de maman, j’entre dans la petite église des Ardennes proche du cimetière où elle est ensevelie. C’est la messe.

N’y comprenant pas grand’chose, je regarde simplement et les souvenirs affluent.

Peu après la messe, je reste seule, puis je sors de l’église, soudainement délivrée, légère. Pareille à un enfant qui ouvre les yeux pour la première fois.

C’est une renaissance.

Devant la tombe, je regarde au loin vers le pommier que j’escaladais autrefois, seul survivant de la ferme des grands parents, qui a été vendue et rasée, et vers la forêt où le grand père coupait le bois pour l’hiver.

Le vent vient de là-bas et ce courant d’air frais apporte avec lui la Présence extraordinaire, persistante et tendre de maman. Avec un message clair :

“ Il ne faut plus pleurer, elle est très bien, très heureuse et désire que je le sois également. ”

Puis, la Présence disparaît.

Complètement abasourdie, je me retourne pour sortir du cimetière. A quelques mètres, au milieu du chemin entre les tombes, il y a un grand Feu à présent. Ses flammes font deux mètres de haut à peu près.

C’est un Feu vivant. Il en émane une compréhension et une compassion infinies. Pourtant, quand il avance tout à coup vers moi, je suis terrifiée et reste clouée sur place.

Au moment où ce Feu vient sur moi, à l’ultime instant, je vois au centre comme une ombre, semblable à un reflet dans un miroir. Est-ce "mon" ombre ?... C’est une ouverture ! Une "porte", juste à mes dimensions, dans laquelle j’entre comme une clef dans sa serrure.

Ce Feu vivant, devenu Lumière à présent, me traverse et ressort de mon corps sous forme de multiples rayons qui s’élancent à une vitesse prodigieuse. Tout de suite, ces rayons touchent la lune, les planètes, puis quittent le système solaire.

Mon corps a disparu ; je ne suis plus que ce rayonnement qui se déplace à une vitesse devenue infinie. Je traverse la voie lactée et de multiples galaxies. Chaque rayon est doué de connaissance, de vision et de toucher. Le temps n’existe plus.Mes rayons touchent un immense cercle, infiniment grand.

J’ai la sensation d’avoir des mains, des doigts partout qui touchent l’Infini. Comme Shiva, le danseur.

Puis c’est le retour, le “big crunsh”.

Les rayons raccourcissent et voyagent vers un Point Ultime situé au centre de ma poitrine, près du coeur. Ce voyage dans la Cellule, l’Atome, l’Électron est bien long lui aussi, jusqu’à ce que je ne sois plus que ce point de l’Origine.

De nouveau, l’explosion et mon coeur flamboie vers l’Infini Oméga, que je touche de toutes mes “mains”, et retour au point Alpha.

  Troisième Big-Bang - Serait-il “ mémorisé ” dans nos cellules, dans notre cerveau ? -

Les rayons raccourcissent et s’arrêtent à mon corps que je retrouve, debout sur le chemin.

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises : je ne pèse pas plus qu’une plume, mes pieds touchent à peine le sol. Cependant, à chaque pas, je pèse un peu d’avantage.

Passé la grille du cimetière, tout est redevenu normal.

Combien de temps a duré ce voyage ? Combien de milliers, de milliards d’années ? Vingt minutes ? Ou tout simplement, le temps de trois inspirations et trois expirations : l’Inspir et l’Expir de Brahma ?

Deuxième expérience en 1980

Seule et à bout de force, tentée par le suicide, j’ai pensé à mes enfants et j’ai prié, pour la première fois depuis 30 ans.

Pendant ce Notre Père que j’avais peiné à retrouver, j’ai été petit-à-petit immergée dans une Lumière magnifique qui est l’Amour dans tout ce qu’il a d’absolu, de guérisseur et de sauveur, car je me suis relevée forte et confiante dans l’avenir, malgré les difficultés.

Troisième expérience en 1985 : le son

Il s’agit ici d’une intoxication alimentaire tout à fait accidentelle.

La veille, j’ai mangé des champignons cueillis dans la forêt avec une amie. Ce soir, j’ai bu un verre de vin et je me suis couchée.

Mon coeur bat terriblement fort et vite. Si fort qu’il me semble que je vais mourir.

Je suis à présent sous une clarté étrange, lunaire. J’entends une Voix magnifique, la plus belle que l’on puisse entendre ! Elle remplit tout l’espace, telles de grandes orgues dans une cathédrale. Cette Voix, de basse et masculine, m’annonce que la Grande Porte va s’ouvrir et que je vais connaître un secret !

Un entonnoir dans lequel je plonge.

Une remontée dans le temps, jusqu’aux origines.

Je suis un être unicellulaire nageant dans l’Océan primordial.

_______________

Suis-je douée pour l’extase ? Très sensible, certainement. J’avais toujours été très protégée, entourée de soins par des parents tendres et aimants.

Naissance prématurée, 1 kg 700 grammes. Mes parents avaient déjà perdu un enfant et n’ont pu en avoir d’autres après moi.

Si j’insiste sur ce point, c’est que par la suite un psychologue rencontré chez IANDS voudra me faire avouer une enfance triste ou abusée. Mes jeunes années ne furent certes pas dorées ; en plus, c’était la guerre, mais nous n’étions pas trop malheureux.

Depuis toujours, je connaissais de longs émerveillements en face de la nature.

Plus tard, dessinatrice indépendante à l’Institut des Sciences Naturelles, j’approfondirai cette découverte.

J’aimais, - j’aime toujours - les arts. La peinture surtout, les tableaux et les retables de Jean van Eyck, à Gand et à Bruges me plongeront dans un ravissement sans fin.

Plus tard encore, la beauté de mes enfants.

Mais cette chose incroyable et mystérieuse qui me tombait dessus ! Comme si les vagues soudain déferlaient devant ma porte. Alors que l’océan se trouve à plus de 100 kilomètres !

Hystérie, schizophrénie, disait-on autour de moi,

OVNI (ils étaient à la mode) aussi ...

J’ai laissé là, pour un bon moment, les livres de J.P. Sartre, Camus et Louis Aragon pour me plonger dans un tout autre registre : spiritualités diverses, évangiles, philosophie, théosophie, alchimie, sans négliger les livres scientifiques et de psychanalyse (Freud, Jung surtout).

Les “ classiques ” que l’on dévore après une expérience de NDE (cela, je l’apprendrai des années après, on ne parlait pas encore de NDE et de R. Moody).

Longues recherches solitaires.

Il faut croire que mon comportement devenait très bizarre parce que autour de moi, tout se désagrégeait, s’écroulait. C’était le naufrage.

Adieu mari, belle villa, haute futaie : la terre entière t’est offerte. L’océan avec tous ses dangers ... Je n’y étais vraiment pas préparée.

Survient ma deuxième expérience qui me sauve “ in extremis ”. J’apprends à tenir la tête hors de l’eau, à nager à contre-courant. Tout en soutenant les enfants.

Première rencontre enfin, avec des expérienceurs de NDE réunis par le docteur Marie Haumont. Émotion. Échanges.

Puis avec Guy Vander Linden, expérienceur devenu président de IANDS-Flandres.

Tous deux ont énormément travaillé et nous ont beaucoup aidés et encouragés.

Je me suis abonnée au journal flamand de Guy. Puis, on s’est un peu perdus de vue.

Au fil des ans, l’intégration se faisait.

Il y eut bien des surprises. De petits miracles soudains. Des coïncidences surprenantes (surtout après la mort de proches) et même des rêves prémonitoires.

J’ai repris le peinture animalière. Différente d’avant. Moins scientifique, plus lumineuse. J’ai participé - et participe toujours - à des expositions, en Belgique et en France.

Mais la nécessité d’aider les autres se faisait sentir de plus en plus, personnes âgées ou en phase terminale, en deuil, ou dépressives, alcooliques et drogués, personnes handicapées.

Ce sont ces gens-là qui m’ont appris, m’apprennent encore, le plus. Eux seuls ont été mes “ maîtres ”. Et pas besoin de chercher loin. Ils sont à portée de main !

Et puis les chats - danse avec tous les chats, les chiens errants - les “zinncke “(bâtards) comme on dit chez nous.

Sensiblerie ? Je le revendique hautement.

Au cours d’un voyage où j’accompagne une amie chère, en fin de vie, j’apprends à méditer : batteries rechargées. Images très fortes, cosmiques (la Fleur d’Or de Jung - en fait, elle peut prendre toutes les couleurs -). Mon ophtalmologue me dira que je vois mes ondes cérébrales.

Jamais jusqu’à présent, je n’ai éprouvé le besoin d’exprimer cela en peinture. Je préfère rendre la beauté et le mystère du monde animal que j’aime tant.

Il y a trois ans, alors que j’avais perdu tout contact avec des expérienceurs, sauf de temps à autre avec Guy, Chantal m’a envoyé le journal Empreinte.

L’enquête, - la quête - reprenait, palpitante. Les contacts chaleureux et nécessaires entre expérienceurs, toujours trop isolés.

Puis ce fut Notre Expérience et son superbe journal, créés, réalisés uniquement par des expérienceurs de NDE et d’ECM.

C’était important.

Aborder le très délicat sujet des ECM était particulièrement important pour moi, car on n’en parlait jamais.

Déjeuners chaleureux et sympathiques à Paris, avec les français. Ah, ces français, ils sont merveilleux ! Pleins de vie, créatifs, travailleurs en diable, se bagarrant tout le temps. Je les adore.

A Bruxelles, retrouvailles avec Rolande et Isabelle qui ont l’écriture si belle.

Fabienne, infirmière accoucheuse, Colette, médecin, Anne, encore une infirmière, Emmanuelle, Manou ... Mily, pétillante dame de 88 ans, ancien professeur de philosophie, musicienne, écrivain, découvrant la peinture à 80 ans après le décès de son mari et qui peint à peu de choses près ce que je vois dans mes méditations.

Au moment où j’écris, appel de Christian, militaire (ça alors !), sympathique, très gai, qui me raconte sa NDE, vécue il y a deux ans. Je promets de lui envoyer deux journaux demain ...

Car, entre-temps, j’ai accepté d’être fédératrice pour la Belgique, Rolande et Isabelle, pourtant plus expérimentées et qualifiées que moi, s’étant récusées.

Mais bon, le coeur y est.

Le chemin se dessine clairement, prend un sens. Le parcours est plus aisé, devient de plus en plus lumineux. Il y aura sans doute encore des obstacles, des épreuves, mais ensemble, ce sera bien plus facile.

Suzanne

_________________
Ne laissez personne réfléchir à votre place !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Témoignage de Suzanne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre Expérience - Témoignages NDE/EMI et ECM :: ANCIENS TEMOIGNAGES :: Anciens témoignages ECM du site "Notre Expérience"-
Sauter vers: