Notre Expérience - Témoignages NDE/EMI et ECM

Forum de Partage et d'Entraide pour les personnes ayant vécu des expériences de mort imminente (NDE/EMI) ou d'autres expériences de conscience modifiée (ECM)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Témoignage d'Y.R.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Martine
Admin


Nombre de messages : 5271
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Témoignage d'Y.R.   Jeu 6 Fév - 20:16

 

Témoignage d’Y.R.

Une immersion momentanée dans l’Éveil

Avertissement : Ce texte n’a aucune prétention. Il ne se veut pas comme un exposé définitif de la vérité absolue. Il constitue juste un témoignage d’un "aperçu" de l’éveil, qui est en lui-même un "non-événement". Il peut toutefois devenir une source d’inspiration pour certains, ou faire écho à d’autres ayant vécue la même expérience. Tout ce que je pensais connaitre concernant l’éveil n’était en réalité que des concepts car l’idée de l’éveil n’est pas l’éveil tout comme le mot n’est pas la chose nommée. Chacun abordera donc ce témoignage comme il l’entend, y adhèrera ou le laissera tel quel. Tout ça n’a, en définitive, aucune importance. Je ressens juste le désir sincère de partager cette expérience...

Il était assis face à nous partageant, par sa présence et son enseignement, la connaissance de la condition éveillée. Puis il s’arrêta de parler et, dans le même temps, son regard croisa le mien. À cet instant précis, l’éveil me saisit subitement, ne laissant plus rien de la personnalité à laquelle je m’étais identifié jusqu’à ce jour.

Durant ce moment de silence, au-delà du temps et en un éclair qui parut éternel(1), toute notion de dualité cessa et la conscience se reconnue pour ce qu’elle a toujours été. Je perçut instantanément qu’il n’y avait plus aucune notion de séparation et que l’état dans lequel je me trouvais était totalement identique au sien et à celui de tout être et de toute chose. Nous participons tous du même éveil. Seul le Soi peut contempler le Soi et seule, en réalité, la conscience éveillée se saisit elle-même.

Lorsque l’éveil est reconnu, ne serait-ce que temporairement, une prise de conscience radicale s’effectue : cet état éveillé est intemporel (au-delà du temps), impersonnel (au-delà d’un sens de soi) et inconditionnel (non conditionné). L’éveil est notre condition première, notre nature originelle, et jamais nous n’en avons été séparé. CELA a toujours été, présent, en évidence. De tout temps, hors du temps, et en toutes circonstances, nous sommes CELA qui VIT en nous.

Comprenons bien qu’il s’agit d’une dimension non-duelle dans laquelle n’existe plus le sens d’un "je" autonome et indépendant, bien que dire cela soit totalement irrationnel pour le mental ordinaire et la pensée conceptuelle.

Il se fait jour en nous la réalisation qu’il n’y a jamais eu de soi individualisé. Il y a l’ÊTRE, mais pas de soi relatif. Pour utiliser une métaphore, c’est comme si l’identification à la vague - cette notion illusoire d’un moi distinct - disparaissait, laissant l’OCÉAN de notre vraie nature se révéler dans toute sa plénitude.

Paradoxalement, on ne peut assister à sa propre illumination, car l’éveil est justement la disparition de ce sentiment illusoire de séparation que l’on appelle l’ego. Il y a éveil, mais personne qui s’éveille. Mais en définitive, même l’ego n’existe pas ! Celui-ci est juste une image trompeuse à laquelle, par ignorance, on s’identifie, comme si on prenait un de ses rêves au sérieux, au point de le faire durer indéfiniment... Jusqu’au jour où, enfin, CELA se reconnait.

De même que pour la lumière et l’obscurité, l’ego et la réalisation ne peuvent coexister. C’est justement l’un qui empêche temporairement la reconnaissance de l’autre. Mais le plus étrange, c’est qu’au moment même où l’on VOIT ce qui EST, on réalise l’irréalité totale de cet ego. Celui-ci est simplement une construction sans aucune consistance, tel un mirage, car seule cette dimension d’êtreté est, et a toujours était, l’unique RÉALITÉ. Cette prise de conscience est si puissante qu’elle fait voler en éclat le masque du "moi".

Lorsque CELA est perçu, il y a un niveau de connaissance et de compréhension jamais atteint. Nous sommes cette totale connaissance (de SOI) et elle embrasse toutes choses. Celle-ci elle est à l’oeuvre dés MAINTENANT, à l’instant même où chacun lis ces lignes.

Ainsi, au sein de l’éveil, l’activité mentale ordinaire (concepts, pensées, croyances) est devenue totalement silencieuse, laissant place à une perception directe, une CONNAISSANCE absolue au sein de laquelle rien ne manque. Cette Intelligence première embrasse tout et rien n’existe en dehors d’elle. La conscience se reconnait alors comme étant inséparable de cette Intelligence innée.

Par la suite, quand le sentiment ou l’expérience d’en être séparé reviennent, il suffit de demeurer dans la certitude et la confiance sans faille que c’est toujours LÀ (et ça l’est), percevoir que tout est une expression, tel un déploiement, de cette nature absolue, et de se tenir immobile dans ce regard.

En conséquence, il n’y a rien que nous ne puissions faire, puisque tout est déjà là, complet tel que c’est, et que nous sommes CELA. Nous pouvons juste maintenir une présence-conscience à ce qui est, au coeur de l’instant. Si on sait les aborder comme telles, chaque situation et chaque circonstance sont un moment de réalisation. Pratiquer cela n’est pas en soit faire quelque chose, mais participe déjà de la condition éveillée.

Tant que l’éveil reste un simple avant-goût et qu’il n’est pas totalement stabilisé, il convient donc de "veiller", c’est-à-dire de demeurer dans la Présence continue, une attention et une vigilance naturelles. On appelle aussi cela le retournement de la conscience qui se saisit elle-même, dans un face à face intime, où l’on revient à la racine de l’esprit. Alors, CELA réapparaitra à un moment ou à un autre, puisqu’il n’est pas séparé de qui nous sommes. Sachons rester simplement disponibles pour la prochaine invitation...

C’est dans ce sens que nous devrions parler de méditation, et non comme d’une technique dualiste basée sur le devenir, qui a pour objectif de calmer simplement l’agitation des pensées en vue de s’éveiller dans le futur. Cela n’a pas de sens car, au sein de l’éveil, toutes notions de passé, présent et futur n’existent plus. Ce qui est, EST, et CELA ne participe pas du temps. Seul demeure l’Instant-hors-du-temps.

Du point de vue de l’éveil, nous sommes déjà ce que nous voulons être. Toute idée de chemin à parcourir et de pratiques à réaliser devient un non-sens. L’éveil n’est pas dans le temps. L’éveil est simplement l’énergie de ce qui est. L’éveil est maintenant. On considère à tort celui-ci comme un objet extérieur qu’il faudrait acquérir ou posséder.

Si "méditation" il y a, alors celle-ci ne peut pas être appliquée dans l’objectif de s’éveiller dans le futur. Pratiquons plutôt en vue de révéler et de laisser émerger ce l’on est déjà fondamentalement... bien que je SUIS ne dépende, en définitive, d’aucune pratique !

Ainsi, l’Insondable est perçu comme la totalité de ce qui est. Le moi relatif et le sens de séparation qui l’accompagne se sont volatilisés, laissant place à une ouverture et un espace de connaissance sans limite. On existe en tant que TOUT, et non en tant que conscience indépendante.

Même si, à partir de cet état, on en vient à employer l’expression "je", c’est juste une convention facilitant la communication car il n’y a plus de notion d’un soi séparé, de vérité à revendiquer ni de territoire à défendre.

Cette condition d’éveil est la plus naturelle, ordinaire et simple qui soit. Elle est déconcertante d’évidence. Elle déjà connue. Elle n’a jamais été éloignée pas plus qu’elle ne se trouve dans un "ailleurs".

Au moment où l’on perçoit l’Inconcevable, il n’y a même plus d’observateur, simplement parce que l’on est CELA. Selon l’adage Indien de la tradition non-duelle (advaïta), c’est l’Un-sans-second. On ne peut rien en dire et, bien que le sens du moi ait totalement disparu, on n’a jamais été autant SOI-MÊME avant ça.

≈≈≈≈≈≈

Dans les jours qui ont suivi cette expérience, je me trouvais par moments dans un état de méditation spontanée, totalement paisible et naturellement établi dans l’instant présent. Il m’est arrivé de rester ainsi plusieurs heures sans même me rendre compte du temps qui s’écoulait, ni ressentir aucune gêne due à la posture assise.

J’ai eu une fois une expérience bien étrange : j’étais assis depuis près de deux heures quand mon regard se porta sur une montre posée devant moi. Je vivais à ce moment-là une sensation de grande immobilité intérieure et j’avais l’impression que le temps s’était totalement arrêté. Je ne comprenais donc pas comment la trotteuse de la montre pouvait bouger alors que l’esprit, lui, ne connaissait aucun mouvement. Comment cela était-il possible ?!

Aujourd’hui, que reste-t-il de cette immersion momentanée dans l’éveil, l’essence de l’Être ? Qu’est-ce que nous apprend une telle reconnaissance, sur le plan relatif de notre existence ? C’est de ne plus rester identifié à ses pensées et à ses émotions ni de nourrir aucune histoire limitative personnelle. En langage plus actuel, on dirait de ne plus prendre les choses personnellement, c’est à dire du point de vue de cette entité fallacieuse qu’est l’ego. C’est d’abandonner (lâcher-prise) toute saisie et attachement quant à ses constructions mentales illusoires. C’est aussi et surtout revenir dans l’état de Présence authentique, cette nature ouverte propre à chacun, qui est là, en arrière-plan de la conscience, avant même la manifestation de tout vécu et de toute émergence.

Bien que l’observateur (le sens de la dualité) soit maintenant revenu, et avec lui son cortège de pensées et d’émotions, la vie relative me paraît cependant moins tragique et un espace ainsi qu’une joie toute simple de vivre m’habitent désormais. Il s’est aussi établi un sentiment de paix plus profond, avec une acceptation et une ouverture à ce qui est...

Je retiens surtout de cet aperçu que notre nature véritable est cette dimension du Soi, notre visage originel, qui est impersonnelle. Lâcher prise de l’ego, ce n’est pas "disparaître" pour autant. C’est simplement laisser la place à ce que nous SOMMES véritablement.

C’est en ce sens que la condition éveillée est importante dans nos vies et que nous avons besoin de l’Éveil pour nous remettre d’aplomb(2).

Y. R.

(1) Tony Parsons (2) Vernon Kitabu Turner

Source : le site "Eveil Impersonnel"

http://eveilimpersonnel.blogspot.com/2007/08/tmoignage-dveil.html

_________________
Ne laissez personne réfléchir à votre place !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Témoignage d'Y.R.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre Expérience - Témoignages NDE/EMI et ECM :: ANCIENS TEMOIGNAGES :: Anciens témoignages ECM du site "Notre Expérience"-
Sauter vers: