Notre Expérience - Témoignages NDE/EMI et ECM

Forum de Partage et d'Entraide pour les personnes ayant vécu des expériences de mort imminente (NDE/EMI) ou d'autres expériences de conscience modifiée (ECM)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Témoignage de Nicole Canivenq

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Martine
Admin


Nombre de messages : 5271
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Témoignage de Nicole Canivenq   Jeu 6 Fév - 19:55

Témoignage de Nicole Canivenq


Bonjour à tous et toutes, voici mon témoignage.

Mon prénom est Nicole, j’ai 38 ans et je vis près de Montpellier en France. Avant de vivre cette expérience, j’étais plutôt une personne gaie, optimiste, concrète et rationnelle, avec un bon sens des responsabilités et le goût de postes d’encadrement et de motivation d’équipes (c’était important pour moi d’aider les autres à se surpasser dans leurs résultats). J’ai toujours travaillé dans le secteur commercial d’abord en tant qu’attachée commerciale puis à des postes d’encadrement d’équipes de ventes. Je voulais « réussir » dans la vie et cela passait par une carrière professionnelle pour être « reconnue » comme quelqu’un d’important et de valable. Mes priorités étaient liées aussi au secteur associatif puisque je faisais partie de diverses associations à vocation humanitaire. J’étais aussi bénévole pour animer des émissions de radio et cela me plaisait beaucoup. Le 6 mai 2003, j’ai eu un accident grave de voiture, j’étais seule au volant de ma voiture quand tout est arrivé. Je circulais sur une route nationale entre Brive et Souillac, je rentrais à mon domicile après avoir passé un entretien pour un emploi de formatrice à la Chambre de Commerce de Brive (France). J’étais plutôt contente et bien dans ma peau car l’entretien était favorable pour des vacations (des missions ponctuelles où l’on anime des sessions de formation) à venir. Il devait être 12H30 et j’ai pensé à téléphoner à mon ami pour le prévenir de mon arrivée imminente mais je ne l’ai pas fait car j’ai songé que cela était dangereux de chercher mon téléphone portable et de téléphoner en voiture. De toutes façons, je n’étais plus très loin, peut-être une dizaine de kilomètres tout au plus ... Et puis soudain, tout s’est brusquement arrêté.

Ensuite je n’ai aucun souvenir. Il n’y a pas eu de témoin du moment de l’accident et donc on ne peut plus savoir ce que j’ai vu ou fait à ce moment là. J’ai en tous cas quitté la nationale et foncé dans un arbre sur le bas côté de la route. Ma voiture a dû effectuer des pirouettes car elle était dans le mauvais sens par rapport au sens de circulation de la route.

J’ai vu un très beau gazon vert, d’un vert parfait, lumineux, harmonieux. L’herbe était parfaitement taillée, c’était très beau. J’étais là mais je ne me voyais pas, je pense que je n’avais pas de corps. Et puis des « êtres » blancs plus ou moins définis dans leur forme apparurent au loin dans cette clairière et ils s’avancèrent vers moi en riant. Il y avait devant sur une « première ligne » si l’on peut dire, des êtres de petite taille. On aurait pu dire des « enfants » et derrière eux un peu plus loin, des êtres grands, peut-être des « adultes ». Ils n’étaient pas vraiment avec un corps comme nous mais une sorte de forme qui ressemblait à un corps. Ils étaient d’un blanc transparent, lumineux et beaux. Il rayonnait d’eux leur rire clair joyeux, merveilleux...comme un carillon, très gai. Ils venaient vers moi en riant et c’était merveilleux. C’est comme si j’étais accueillie par ces êtres de lumière. J’ai été envahi à leur arrivée d’un sentiment d’Amour indescriptible avec des mots. Comment expliquer l’inexplicable ? C’était de l’Amour à l’état pur, comme je n’en ai jamais connu sur la Terre. Un amour absolu, inconditionnel, éternel pourrais- je dire, total. J’étais heureuse, très heureuse, sereine, en paix et dans une sorte de béatitude comme jamais je n’en ai connu auparavant. Les mots ne peuvent dire ce que j’ai connu dans ce moment ineffaçable de ma mémoire. Les sensations sont si puissantes et en même temps si difficiles à expliquer avec notre vocabulaire ici sur Terre. C’est une expérience inoubliable de l’Amour inconditionnel et de la Joie. Je voulais rester avec eux.

Je n’ai pas connu le « tunnel » dont beaucoup parlent ni même le « panorama de vie ». Mon expérience a été directe dès que je me suis retrouvée sur ce gazon. Très vite les êtres blancs sont apparus au fond de la clairière et ils glissaient vers moi. Ils semblaient très légers, tout comme moi. Ils devaient être environ une dizaine en tout et je ne les « connaissais » pas au sens de membres connus sur la Terre mais bien sûr je les connaissais d’une autre façon. Je n’ai pas du tout eu peur. Au contraire, j’étais comme retournée chez moi, dans notre vraie demeure. L’émotion connue ce jour là est d’une intensité indescriptible avec les mots.

Pour ce qui est de mon retour dans mon corps, je pense - mais c’est ma supposition - que c’est les pompiers qui ne m’ont pas lâché et donc pas laissée partir vraiment. Car lorsque j’ai ouvert les yeux (ils me harcelaient pour je les ouvre, pour je regarde) j’ai vu le volant tout déformé de ma voiture, la douleur immense m’a totalement submergée avec une violence horrible dans tout le dos, les omoplates, le cou et je n’avais qu’une envie : refermer les yeux. Mais durant tout le temps de la désincarcération, un pompier était dans l’auto avec moi sous une couverture (pour les débris de verre m’avait il expliqué) et il me tenait la main et me répétait d’ouvrir les yeux encore et encore. C’est à ce moment je crois que je suis vraiment revenue... Là aussi ce fut très brutal pour moi de passer de la béatitude et l’Amour à la réalité horrible de la douleur et de la gravité de ce qui m’était arrivée car j’ai compris tout de suite que c’était lourd et grave.

Le retour à la réalité fut très long et difficile pour moi. D’abord j’ai dû être soignée et cela a pris un an entre l’hôpital et la rééducation puisque j’ai frôlé la tétraplégie (fractures de vertèbres multiples et instables, épanchement au poumon gauche et dix côtes cassées). Je n’étais pas opérable et on a dû laisser faire la Nature. Je crois que j’ai parlé de mon expérience à ma mère à l’hôpital une fois au tout début en soins intensifs. Puis c’est comme si j’avais tout oublié. En tout cas j’ai mis tout cela dans un coin lointain de ma tête. Personne n’a vraiment pu m’aider pendant longtemps car je n’osais pas y penser ni même en parler. Puis l’an dernier, les choses sont revenues fortement à mon esprit d’autant que j’ai connu encore des épreuves : rupture sentimentale, licenciement pour inaptitude physique, statut de travailleur handicapé, dépression, perte de revenus... La vie sur Terre n’avait aucun intérêt pour moi et j’ai été très nostalgique de ces êtres et de cet Amour total et merveilleux.

Puis une fête m’a beaucoup aidée à ressentir que la vie sur Terre peut être autre chose que ce que la société actuelle nous propose (voir nous impose) : c’est les journées de la Paix, fête libre et sans contexte religieux. J’ai vu la vie sous un angle enfin beau, avec la vie qui simplement s’écoule dans la nature, avec les cercles de paroles pour échanger entre êtres humains... Cela m’a fait un déclic et je me suis rapprochée - dans mes lectures et centres d’intérêts - des premiers peuples autochtones en particulier les Amérindiens que je trouve extraordinaire dans leur sens du Sacré et leur connexion à la Terre. C’est eux qui m’ont redonné le courage d’essayer de vivre encore ici sur la Terre. J’ai été longtemps perplexe d’être « revenue » sur Terre car je n’ai pas d’enfant. Je n’avais pas de raison particulière d’avoir choisi de revenir. Je me demande encore aujourd’hui si j’ai fait ce choix réellement ou si « ils » ont décidés qu’il fallait que je revienne pour faire quelque chose sur la terre. Dans mon souvenir, je voulais rester avec eux pour toujours, l’énergie d’Amour reçue est si belle.

Puis j’ai lu mes premiers livres sur ce que l’on nomme les NDE (Near Death Experience) avec le livre du Dr Moody en premier que j’ai acheté l’an dernier pour mon Noël. Cela m’a bien sûr rassurée de savoir que je ne suis pas seule à avoir vécu cela car même si c’est une expérience extraordinairement belle à vivre, le retour sur la Terre est extraordinairement dur à subir. C’est comme quelqu’un qui connaît un bonheur immense et qui perd ce ou la personne qui lui a fait vivre ce bonheur merveilleux. Le choc est total.

L’impact de cette expérience est de toutes façons énorme même si je pense que je n’en mesure pas encore toutes les conséquences à venir. Mes valeurs ont tout à fait changées et l’argent n’est plus un centre d’intérêt majeur, ni donc la réussite sociale. Pour moi, cela est terminé, ce n’est plus ma quête. Je suis très orientée vers les thérapies, ce qui peut guérir l’être humain et j’ai commencé l’an dernier en septembre une formation pour devenir sophrologue. Je travaille aussi actuellement sur un mémoire à l’université de Montpellier sur l’impact des émotions.

Mes relations ont évoluées aussi et je suis plus intéressée qu’elles soient équilibrées, dans le partage équitable du donner et du recevoir alors qu’avant je me laissais parfois embarquer à donner sans recevoir grand-chose (en amitié). Avec ma famille, je pense que les évènements ont été choquants et que cette NDE que j’ai vécue est encore un peu « mystérieuse » pour certains membres. Peut être n’y croient-ils pas ?

Mes centres d’intérêts ont évolués et je m’oriente nettement vers les traditions chamaniques dans lesquelles je trouve pour l’heure une grande inspiration et une grande aide pour concevoir la Vie de façon beaucoup plus vaste qu’une pauvre vie isolée. Je pense aller rencontrer des tribus et vivre du temps avec eux. C’est important pour moi de trouver l’authenticité et ce qui est juste.

La mort pour moi n’était déjà à priori pas une fin en soi. Aujourd’hui au vu de ce que j’ai vu et connu, il est clair que la Mort n’est pas du tout une fin. Au contraire, c’est le passage vers un nouvel état. Peut-être (sûrement) une conscience aigue des énergies qui nous aident comme l’énergie de l’Amour au sens noble et pur de ce terme qui est tant malmené ou utilisé pour manipuler l’autre sur terre. Je n’avais pas peur de la mort avant cette expérience et maintenant bien sûr, je n’ai plus aucune crainte de mourir. C’est presque même la récompense de passer à un autre état d’être. Par contre je n’ai pas d’idées morbides ou de suicide même si je peux me languir de ces êtres régulièrement. Je me dis qu’il y a une raison à mon retour et que je vais la découvrir.

Ce qui me semble prioritaire est d’être sincère et de parler vrai avec tous les gens que je rencontre, de ne pas être dans un rôle social, d’être juste moi, qui je suis maintenant avec mon vécu même s’il est lourd à porter parfois. Je ne veux plus être une image ou répondre aux projections des autres pour moi, je veux juste tenter d’être libre et vraie.

Je parle encore plus facilement avec des inconnus parce qu’une parole éclairante peut être essentielle pour quelqu’un qui en a besoin. J’essaie de ne pas subir mes peurs et de trouver la Voie du Cœur dans mes choix aujourd’hui et non plus celle de la pure raison qui est triste et limitée je crois. »

_________________
Ne laissez personne réfléchir à votre place !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Témoignage de Nicole Canivenq
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre Expérience - Témoignages NDE/EMI et ECM :: ANCIENS TEMOIGNAGES :: Anciens témoignages NDE du site "Notre Expérience"-
Sauter vers: